Éligibilité

L’appel d’offres s’adresse aux agences, fonds et programmes des Nations Unies et aux organisations de la société civiles présents dans les pays déclarés éligibles au financement du PBF en 2018 par le Secrétaire général.

  • Burundi
  • Chad
  • Colombie
  • Côte d'Ivoire
  • Guatemala
  • Guinée
  • Guinée-Bissau
  • Kirghizistan
  • Les Îles Salomon
  • Libéria
  • Madagascar
  • Mali
  • Myanmar
  • Niger
  • Papouasie Nouvelle Guinée
  • République Centrafricaine
  • République démocratique du Congo
  • Sierra Leone
  • Somalie
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Yémen

Organisations

Cette année, l’appel d’offres pour la GYPI s’adresse à la fois aux organisations de la société civile (OSC) et aux agences, fonds et programmes des Nations Unies.

Pour les OSC candidates:

Pour être déclarées éligibles au financement du PBF dans le cadre de la GYPI 2018, les OSC doivent faire l’objet d’une évaluation technique, financière et juridique par PBF et son agent, le Fonds d’affectation spéciale pluripartenaires (MPTF). Il est indispensable de s’assurer que l’OSC remplit les conditions suivantes avant de déposer une candidature en ligne : (les pièces faisant foi seront requises lors de la première étape du processus de candidature) :

  • Une preuve indiquant que l’organisation a déjà bénéficié de fonds de l’ONU auparavant, du PBF ou de contributeurs du PBF dans le pays de mise en œuvre (voir liste des contributeurs au PBF dans l’annexe 4 du note d'orientation);
  • L’enregistrement en bonne et due forme d’organisation à but non lucratif, exemptée d’impôts et dotée d’une mission sociale à la fois dans le pays du siège et dans le pays de mise en œuvre pour la durée du projet proposé. (NOTE : si l’enregistrement est renouvelé annuellement, l’organisation doit fournir l’enregistrement en cours de validité et en obtenir le renouvellement pour la durée du projet pour pouvoir bénéficier des tranches successives de financement);
  • Un rapport annuel faisant état du pays pour lequel le financement est demandé ;
  • Les états financiers validés des deux dernières années, y compris la lettre d’opinion des auditeurs. Les états financiers doivent faire état de l’organisation juridique qui sera signataire de l’accord (et supervisera dans le pays de mise en œuvre, le cas échéant) ainsi que les activités dans le pays de mise en œuvre. (NOTE : si ces informations ne sont pas disponibles pour le pays du projet, l’OSC devra alors fournir les deux derniers rapports d’audit d’un programme ou projet conduit dans le pays en question). La lettre des auditeurs devra également indiquer si la société d’audit est officiellement reconnue en tant que telle à l’échelle nationale;
  • Pour les deux dernières années fiscales, démontrer que le budget annuel de l’OSC dans le pays considéré est au moins deux fois supérieur au budget demandé au PBF (NOTE: Pour annualiser il faut diviser le budget du projet PBF par le nombre total de mois et multiplier par 12);
  • La preuve d’un minimum de trois années d’expérience dans le pays considéré;
  • Fournir une explication de la structure juridique de l’OSC, y compris l’entité particulière qui signera l’accord juridique avec le MPTFO pour recevoir le financement du PBF.